Ses premiers jours de vie, les plus importants de toute sa vie !

La pleine saison des poulinages arrive à grands pas et les premiers poulains ont d’ailleurs déjà fait leur apparition. C’est peut être le premier petit poulain que vous allez avoir, alors à vos lectures ! On vous dit tout sur les premiers gestes et les soins indispensables qui peuvent sauver.

L’essentiel sur la physiologie du poulinage


Les poulinages ont généralement lieu au printemps (près de la mise à l’herbe) sauf pour les races de course pour lesquelles ils se situent en fin d’hiver. La jument allaite son poulain pendant 5 à 7 mois selon les races. Le tarissement de la jument, qui correspond au sevrage du jeune, a lieu en fin d’été ou en automne.
La gestation d’une jument dure en moyenne 340 jours soit 11 mois et 10 jours. Cette durée peut néanmoins varier de 320 à 360 jours. Avant 320 jours le poulain n’est pas considéré comme mature, la mise-bas est alors déconseillée.
Pendant la gestation, le poids du fœtus s’accroît en fonction du stade physiologique. Jusqu’à 5-6 mois, la phase de multiplication cellulaire et intense et le poids du fœtus reste limité. Au-delà de 6 mois, la phase de développement des tissus annexes (le placenta et les enveloppes) et des tissus maternels (l’utérus et les mamelles) se développent considérablement pour assurer in utero la nutrition du fœtus et préparer la nutrition postnatale du nouveau-né. C’est alors à partir du sixième mois de gestation que la croissance pondérale de la mère est importante.

Le poulinage d’un point de vue pratique 


La future mère doit être installée dans un environnement propre et régulièrement nettoyé afin d’éviter tout développement d’agents pathogènes. La jument doit être à jour de vaccination. Il est également conseillé de vermifuger avant le poulinage pour éviter de contaminer son futur poulain avec des crottins parasités.
En fin de gestation on dit qu’une jument « se casse », c’est à dire qu’elle relâche ses tissus et ligaments. Ce phénomène est visible au niveau de la croupe lorsque que le poulain descend dans le bassin. Quelques heures ou quelques jours avant la naissance la mamelle gonfle, le poulinage est imminent.
La plupart des juments pouline la nuit, l’éleveur ou le propriétaire doit donc se montrer très attentif pour être présent sans la gêner et la laisser faire si tout se passe bien.

Le poulinage est rapide, entre 15 et 30 minutes après l’apparition de l’amnios. Les deux premiers sabots apparaissent suivis du museau et de la tête, puis du reste du corps. Normalement le poulain parvient à percer la poche avec ses sabots. S’il n’y parvient pas, l’éleveur devra le faire à sa place. Pour aider au bon déroulement de la naissance, l’éleveur peut tirer délicatement sur les antérieurs en respectant le rythme des contractions.
Très vite la mère vient sentir et lécher son poulain. Ce premier contact est essentiel pour leur relation future. Immédiatement après, il faudra pratiquer les premiers soins au poulain (voir paragraphe ci-dessous) et éventuellement le frictionner avec de la paille pour le stimuler et l’aider à se mettre debout. L’heure de naissance devra être notée.

Comment savoir si tout va bien ?
Comportement et constantes vitales du nouveau-né


Afin d’optimiser la santé du nouveau-né et de détecter le plus tôt possible les signes anormaux, voici quelques points sur lesquels il faudra porter une attention toute particulière et contacter le vétérinaire si ses constantes semblent anormales.

Dès 5 minutes de vie, le poulain présentera des frissons et aura immédiatement des réflexes de redressement.
Dès 20 minutes de vie, il aura le réflexe de succion.
Dès 2 heures de vie, le poulain se tiendra debout, seul et avant 3 heures de vie, il tétera.
Entre 1 et 4 heures de vie, il devra expulser le méconium, premiers excréments jaune / marron.


Quels sont les premiers soins à apporter ?


Le cordon ombilical, porte d’entrée des bactéries. - Le cordon ombilical représente une des portes d’entrée aux germes et bactéries. C’est une plaie en relation directe avec l’abdomen du poulain qui peut être une source d’infection généralisée ou localisée. La pénétration des germes de l’environnement (litière, sol), facilitée par la localisation de l’ombilic, peut passer inaperçue au début sans gonflement externe. Dès la naissance, les restes du cordon ombilical devront être soigneusement nettoyés et désinfectés. Il est couramment utilisé de la teinture d’iode à cet effet. Le cordon ombilical devra faire l’objet d’une surveillance étroite jusqu’à totale cicatrisation de l’ombilic soit environ 15 jours lorsque l’extrémité crouteuse tombe. Une attention toute particulière sera donnée aux manifestations locales douloureuses, de chaleur, de gonflement et tout suintement suspect. Une désinfection quotidienne du cordon (3 à 4 fois par jour le premier jour, puis 2 fois par jours les jours suivants) devra être pratiquée.

Les septicémies post-partum représentaient 10,3 % des mortalités chez les poulains de moins de 24 heures et 49,3 % chez les poulains âgés de 1 à 7 jours. Le facteur favorisant majeur est un déficit de transfert d’immunité colostrale.

Le colostrum, un concentré d’immunité vital ! – Le colostrum est la première sécrétion produite par la mamelle après la mise-bas, elle précède le lait. Sa composition est d’ailleurs différente du lait : il est plus riche notamment en protéines, particulièrement en immunoglobulines (Ig) aussi appelées anticorps. Le colostrum équin est un mélange de sécrétions lactées et de constituants du sérum sanguin, comme les IgG et d’autres protéines, qui s’accumulent dans la glande mammaire peu avant la mise-bas. Ce processus débute plusieurs semaines avant le poulinage sous l’influence d’hormones, dont la prolactine, et cesse brutalement au moment de la mise-bas.

Quand les anticorps passent-ils du sang de la mère au colostrum ?
Cela commence environ 3 semaines avant la mise-bas. Les anticorps (IgG) sont transférés du sang vers le colostrum grâce à des récepteurs/ transporteurs spécifiques de la mamelle. Ceux-ci capturent les anticorps dans la circulation sanguine et les transportent vers la lumière des alvéoles. Ces récepteur/transporteurs spécifiques disparaissent au début de la lactation. Ce timing explique pourquoi il est important de vacciner suffisamment tôt avant la mise-bas et pas juste avant celle-ci : les anticorps doivent avoir le temps d’augmenter chez la mère puis de passer dans le colostrum.

Du fait de l’absence de transfert d’anticorps maternel au poulain pendant la gestation, le poulain nouveau-né ne possède que très peu d’anticorps. Bien que le poulain soit immuno-compétent à la naissance, son système immunitaire n’est pas encore fonctionnel (Giguère et Polkes, 2005). Dans ces conditions, la prise du colostrum riche en anticorps maternelles dans les premières heures de vie lui permet donc de se protéger contre les principaux agents pathogènes pendant les 4 à 8 premières semaines de vie (Drogoul et al., 2006).
Après la naissance, lors de l’allaitement, le nouveau-né est exposé à une nouvelle source de microorganismes, qui entre dans son tractus digestif via l’ingestion du lait. Le colostrum contiendrait en moyenne 4 105 bactéries par mL. Les bactéries lactiques isolées du lait de jument appartiennent au genre Leuconostoc, Lactococcus, Streptococcus et Enterococcus (An et al., 2004).
L’utilisation d’un colostrum artificiel à la naissance peut être utilisée pour lutter contre les échecs de transfert d’immunité chez le poulain nouveau-né (Vivrette, 2001). L’administration précoce et répétée d’un colostrum artificiel aurait un impact sur la mise en place des communautés bactériennes dans le gros intestin du poulain. En effet, chez des poulains ayant reçu le colostrum artificiel, l’apparition des bactéries cellulolytiques était retardée d’une semaine par rapport aux poulains ayant reçu du colostrum maternel et le niveau adulte n’était atteint qu’à 12 semaines d’âge alors qu’il l’était dès la deuxième semaine de vie chez les poulains témoin (Julliand et al., 1996).

Il est possible de tester la qualité du colostrum grâce à un Colotest ou réfractomètre pour colostrum.
Un colostrum avec plus de 60 IgG/L est considéré comme un colostrum de bonne qualité.
Un colostrum ayant entre 40 et 60 IgG/L est considéré comme de qualité intermédiaire.
Un colostrum avec moins de 40 IgG/L est de qualité insuffisante.


Méconium. - Les premières selles du nouveau-né, appelées méconium, ont un aspect bien reconnaissable très foncé, assez ferme et collant. Le méconium est normalement évacué dans les 48-72 heures après la naissance. Les selles suivantes sont beaucoup plus molles et claires. La rétention de méconium est la cause de coliques la plus fréquente chez le nouveau-né. La rétention de méconium se définit comme une constipation avec retard et difficulté à l’évacuation des fèces ; elle affecte plus souvent les mâles que les femelles.

Les vaccinations du poulain. – A partir de 2 mois (mère non vaccinée) ou 5-6 mois, le vétérinaire pratiquera une primo vaccination grippe-tétanos, en 2 injections à 1 mois d’intervalle puis un rappel 5-6 mois (selon l’AMM du vaccin utilisé). La rhinopneunomie sera réalisée à partir de 4 mois, une primo vaccination en 2 injections à 1 mois d’intervalle puis un rappel 6 mois (selon l’AMM du vaccin utilisé).


Physiologie digestive :
d’une alimentation lactée à une alimentation solide et fibreuse


Le poulain nouveau-né commence à téter sa mère en moyenne dans un délai de deux-trois heures après sa naissance. La consommation de colostrum et de lait lors du premier jour de vie serait en moyenne de 8 litres chez un poulain de race pur-sang (50 kg de poids vif). Dès le deuxième jour de vie, la consommation de lait augmente, pour atteindre à la fin de la première semaine de vie une consommation moyenne de 15 litres/jour chez un poulain pur-sang (Ousey, 2003). Le lait de jument est un aliment hautement digestible, puisque 98% de l’énergie brute du lait est digérée par le poulain (Ousey, 2003). La digestion du lait aboutit à la production des nutriments nécessaires à la croissance du poulain. Dans l’espèce équine, le lactose, principal glucide du lait, apporte à lui seul en moyenne 50% de l’énergie brute totale contenue dans le lait. Des travaux chez le poulain ont montré la présence d’enzymes, la β-galactosidase neutre et la β-galactosidase acide, au niveau de l’intestin grêle qui hydrolysent le lactose en glucose et galactose, qui sont ensuite absorbés au niveau de ce compartiment digestif. L’activité de ces enzymes est maximale à la naissance du poulain. Alors que l’activité de la β-galactosidase neutre chute progressivement au cours de la première année de vie puis disparait complétement entre trois et quatre ans d’âge, celle de la β-galactosidase acide chute au cours des trois premiers mois de vie à un niveau qui reste ensuite stable tout au long de la vie de l’animal.
Le comportement alimentaire du poulain évolue avec l’âge. Très tôt, dès un jour d’âge, le poulain commence à s’intéresser à l’aliment solide distribué à sa mère. Le temps passé à pâturer augmente significativement entre une semaine et cinq mois d’âge, passant de 8% à 50%. Dès lors qu’il ingère une quantité croissante d’aliment solide, le contenu digestif devient alors semblable à celui décrit chez l’animal adulte en termes d’aspect et de composition.


Les diarrhées du poulain, un trouble digestif majeur aux multiples causes


La diarrhée est un symptôme fréquemment rencontré chez le poulain. Environ 80% des poulains (Daix et al., 2014) présentent un ou plusieurs épisodes diarrhéiques dans les 6 premiers mois suivant leur naissance. La plupart des diarrhées observées chez les poulains sont modérées et transitoires donc peu préjudiciables à sa santé. En revanche, si la diarrhée est importante et/ou devient chronique, elle est à prendre au sérieux du fait de ses conséquences néfastes sur la croissance et la santé du poulain. La diarrhée constitue un symptôme et non une maladie à part entière : les causes à l'origine d'une diarrhée sont très nombreuses. Le traitement dépend de cette cause qu’il faudra identifier. La diarrhée peut être accompagnée, selon les causes, par d'autres symptômes : abattement, anorexie, perte d'état général, coliques, fièvre ...
Il existe deux principales causes de diarrhées chez le poulain, les causes infectieuses liées à un agent pathogène et les causes non-infectieuses, celles provoquées par des phénomènes biologiques directement liés au poulain.

  • 1. Les causes infectieuses

Les diarrhées peuvent être provoquées par des virus dont les principaux sont les Rotavirus. Ils sont l’une des causes les plus fréquentes de diarrhées chez le poulain. Les poulains sont préférentiellement atteints avant l’âge de 3 mois. Les symptômes accompagnant la diarrhée ne sont pas très caractéristiques : abattement, perte d’appétit, douleurs abdominales, fièvre intermittente. Cette affection est extrêmement contagieuse : elle se répand rapidement dans l'élevage si aucune mesure préventive n’est mise en place. De plus, les Rotavirus sont résistants et sont susceptibles de persister dans l’environnement pendant au moins 9 mois. Cela explique qu’ils se maintiennent dans un élevage d’une saison de poulinage à l’autre si aucune mesure de désinfection n’est appliquée.
Les bactéries peuvent être à l’origine de diarrhées mais de manière moins fréquente. Elles sont souvent associées à des signes généraux : fièvre, abattement, anorexie, perte d'état. Les principales bactéries responsables de diarrhées sont les suivantes : Escherichia coli, Salmonelles, Clostridies, Lawsoniaintracellularis ou encore Rhodococcus equi. Pour cette dernière, même si les signes sont le plus souvent respiratoires, la Rhodococcose peut aussi se manifester par de la diarrhée associée à des abcès abdominaux.
Les parasites peuvent également être responsables de diarrhée chez le poulain, le principal étant Parascaris equorum.

  • 2. Les causes non-infectieuses

Parmi les diarrhées non infectieuses, les diarrhées de « chaleur de lait » sont classiquement observées vers la première semaine de vie. Il s'agit d'un court épisode diarrhéique bénin qui semble lié à l'ajustement de la flore intestinale du poulain. Il s'agit donc d'un processus physiologique : malgré son nom, cette diarrhée n'est pas la conséquence des chaleurs de la mère mais ces deux phénomènes coïncident dans le temps.
Les diarrhées d’origine alimentaire peuvent être provoquées lors de sur-alimentation du poulain (lait trop riche, poulain ayant été séparé temporairement de sa mère et qui taite d’un coup trop de lait). Certains poulains peuvent également manifester des allergies ou consommer des matières non digestes (sable, …) susceptibles de provoquer des épisodes diarrhéiques.
Toute situation stressante peut également provoquer un déséquilibre de la flore bactérienne normale du poulain. Cette perturbation de la flore favorise le développement de bactéries pathogènes au détriment des bactéries normalement présentes dans l'intestin.


Nos conseils nutritionnels


"La période néonatale est une période critique pour le poulain nouveau-né où il doit rapidement s'adapter à sa nouvelle vie extra-utérine (se lever, première tétée et prise du colostrum, évacuation du méconium,...). Il s'avère parfois qu'une aide pour dynamiser l'organisme soit nécessaire pour l'accompagner dans ses premiers pas" explique Justine Fortier Guillaume, docteur en nutrition équine et en physiologie de l’exercice.

Il peut s’agir d’apporter un concentré vitaminique, riche en oméga 3, en acides aminés et en oligo-éléments. Un tel complexe permet d’agir directement sur la vitalité du poulain, c’est notamment le cas du produit FOAL BOOSTER, conçu pour répondre à cet objectif.
Il peut également être conseillé, lorsque le lait maternel est de moindre qualité et/ou en quantité insuffisante, de compléter l’alimentation avec du lait artificiel. NUTRIMILK BREEDING est un lait de remplacement spécial poulains aux composants sélectionnés pour assurer un développement optimal du poulain. 
« Durant la transition alimentaire, passage d'une alimentation lactée à une alimentation solide, s'opère un ensemble de modifications digestives et notamment enzymatiques pour devenir un herbivore à part entière. » Il sera alors préconisé de distribuer des aliments complémentaires lacté respectant la physiologie digestive du poulain. ACTIFOAL HP est un aliment complémentaire à base de lait écrémé, de lactosérum, des acides aminés essentiels (lysine & méthionine), des vitamines, des oligo-éléments et des minéraux essentiels à la croissance du poulain. ACTIFOAL HP permet un accompagnement optimal du poulain vers une alimentation solide. Il peut être distribué à partir de 2 mois.
Lors de troubles digestifs, il sera nécessaire de demander conseil à votre vétérinaire. En cas de troubles mineurs, une solution à base de charbon, d’argile et de levures permet de soutenir le système digestif. Le charbon est connu pour ses propriétés absorbantes des gaz et des toxines, l’argile verte assure une protection de la muqueuse grâce à son pouvoir adoucissant et les levures soutiennent la flore digestive. Demander conseil à votre vétérinaire qui pourra vous proposer les produits LEVA CARB (FEDVET) sous forme poudre, liquide ou pâte orale.


Références bibliographiques
An Y., Adachi Y., Ogawa Y. 2004.
Classification of lactic acide bacteria isolated from chigee and mare milk collected in Inner Mongolia. Animal Science Journal, 75:245-252.


Daix C., Maillard K., Mangold L. 2014. Diarrhées du poulain. Fiche maladie du Réseau d’Epidémio-Surveillance en Pathologie Equine.


Drogoul C., Clément F., Ventorp M., Orlandi M. 2006. Equine colostrum production and utilisation: basic and applied aspects. Dans N. Miraglia & W. Martin-Rosset (Éds.), Nutrition and feeding of the broodmare, EAAP publication No. 120 (pp. 203-219). Wageningen, the Netherlands: Wageningen Academic Publishers.


Giguère S., Polkes A. 2005. Immunologic disorders in neonatal foals. Vet Clin Equine, 21:241-272.


Julliand V., de Vaux A., Villard L., Richard Y. 1996. Preliminary studies on the bacterial flora of faeces taken from foals, from birth to twelve weeks. Effect of the oral administration of a commercial colostrum remplacer. Pferdeheilkunde, 12 :209-212.


Ousey J. 2003. Feeding the newborn foal in health and disease. Equ Vet educ 6 :50-54.

Vivrette S. 2001. Colostrum and oral immunoglobulin therapy in newborn foals. Compendium, 23:286-291.

Partager ce post